Accueil CCDH Bretagne > Vos Droits 1/2
VOS DROITS
Page 1/2
RECOMMANDATIONS
ABUS PSYCHIATRIQUES SUR LES PERSONNES AGEES
1
Déposez plainte auprès de la police contre tout praticien de la santé mentale qui utilise la contrainte, les menaces ou la malveillance, dans le but d'obtenir le consentement au traitement psychiatrique. Adressez une copie de la plainte à la CCDH.
2
Si vous-même, un parent ou un ami, avez été internés à tort dans une institution psychiatrique, agressés, maltraités ou lésés par un praticien de la santé mentale, saisissez un avocat afin de déterminer dans quelle mesure vous pouvez poursuivre en justice le psychiatre, l'hôpital leurs collèges et leurs associations.
Page suivante >>
VIOLS EN PSYCHIATRIE
LES FEMMES ET LES ENFANTS VICTIMES
1
Les codes de justice devraient spécifier qu'un acte sexuel entre un thérapeute et son patient est un viol puni avec la même sévérité que tout autre viol. Le «consentement» du patient n'est pas un argument de défense.
2
Chaque Conseil de l'Ordre des psychiatres, des psy­chologues ou des psychothérapeutes devrait trans­mettre à la police ou au procureur toutes les plaintes de patients concernant des abus sexuels perpétrés par des médecins afin de permettre qu'une enquête et des condamnations judiciaires aient lieu.
3
Si un psychiatre, un psychologue ou un psycho­thérapeute a abusé sexuellement de vous, déposez une plainte auprès des autorités. Donnez-en une copie au bureau de la CCDH le plus proche qui vous aidera à obtenir l'ouverture d'une enquête et de poursuites judiciaires.
LES JEUNES EN DANGER
QUAND LA PSYCHIATRIE S'EN PREND AUX ENFANTS ET ADOLESCENTS
1
Vous avez le droit de refuser que votre enfant soit soumis à un questionnaire, à un test ou à une évaluation psychologique ou psychiatrique à l'école.
2
Si votre enfant a été soumis à des tests psychologiques ou psychiatriques sans votre consentement ou est contraint de prendre des médicaments, faites appel à un avocat afin de voir quelles actions vous pourriez entreprendre pour dénoncer cet abus, notamment en poursuivant en justice les psychiatres ou psychologues responsables, leurs universités et associations professionnelles.
3
La psychiatrie et la psychologie doivent être éliminées de tous les systèmes éducatifs et leurs méthodes coercitives et inefficaces ne devraient jamais être subventionnées par l'État.
UNE REALITE BRUTALE
LES "TRAITEMENTS" NUISIBLES DE LA PSYCHIATRIE
1
L'électrochoc et la psychochirurgie devraient être désignés pour ce qu'ils sont, des formes de torture, et être interdits.
2
Jusqu'à cette interdiction, des lois devraient spécifiquement prévoir des condamnations pour les psychiatres et le personnel qui pratiquent l'ECT et la psychochirurgie sans le consentement du patient, ou dans le cas où la procédure de "consentement éclairé" n'a pas été respectée.
3
Les psychiatres pratiquant l'ECT et la psychochirurgie devraient être tenus pour totalement responsables, au civil et au pénal, pour les effets causés au patient et faire l'objet de poursuites pénales pour tout dommage résultant du "traitement".
Avertissement: Personne ne devrait interrompre sa consommation de médicaments psychiatriques sans l'avis et l'assistance d'un médecin non-psychiatre compétent.
Installez Flash Player pour visualiser cette animation.
Enquêtes et dénonciations de violations des Droits de l'Homme en psychiatrie
Commission des Citoyens pour les Droits de l'Homme
CCDH Bretagne