Accueil CCDH Bretagne > Documentation > Schizophrénie 6/6
SCHIZOPHRENIE
UNE MALADIE QUI RAPPORTE A LA PSYCHIATRIE
CHAPITRE TROIS
Page 6/6
ACCEDER A UNE VERITABLE SANTE MENTALE
Les psychiatres avancent que la santé mentale a la même importance que la santé physique. Pour continuer cette analogie, si la santé physique est le résultat d'une guérison physique efficace, la santé men­tale devrait aussi être le résultat d'une guérison mentale efficace.

Sous la houlette de la psychiatrie d'aujourd'hui, il n'y a aucune amélioration de la santé mentale. Dans les faits, ceci signifie que la psychiatrie ne parvient à aucun résultat dans le domaine de la santé mentale.

Il est médicalement prouvé qu'une maladie ou une blessure physique non diagnostiquée peut déclencher des difficultés émotionnelles. Dans son livre Detecting Your Hidden Allergies (Détecter vos allergies cachées), le docteur William Crook explique que celui qui est sujet à l'irritabilité, la dépression, l'hyperactivité, la fatigue et l'anxiété, devrait immédiatement subir un examen phy­sique médical complet et des tests complets sur les allergies alimentaires susceptibles de causer ce type de changements mentaux.

Une étude a conclu que 83% des personnes référées par des cliniques ou des assistants sociaux pour un traitement psychiatrique souffraient de maladies phy­siques non diagnostiquées; dans une autre étude, 42% des personnes diagnostiquées comme ayant une «psychose» se sont avérées par la suite souffrir d'une maladie phy­sique, et dans une autre étude, 48% de celles diagnosti­quées par des psychiatres comme bonnes pour un traite­ment mental avaient une maladie physique non diagnostiquée.13

Plusieurs maladies ressemblent fortement à la schizo­phrénie, ce qui peut tromper le patient et le médecin. Le Dr A. A. Reid énumère 21 conditions de ce genre, dont une est de plus en plus commune : « la psychose provisoire provoquée par les amphétamines». Le Dr Reid explique qu'à la psychose induite par les drogues s'ajoutent des délires de persécution et des hallucinations, et que cette psychose « est souvent non distinguable d'une maladie schizophrénique aiguë ou paranoïde».14

L'état de Mme J., diagnostiquée schizophrène après qu'elle ait commencé à entendre des voix dans sa tête, s'était détérioré au point où elle avait cessé de parler et ne pouvait pas se laver, manger ou aller aux toilettes sans aide. Un examen physique complet a déterminé qu'elle ne métabolisait pas correctement le glucose dont le cerveau a besoin pour l'énergie. Une fois traitée, elle a changé du tout au tout. Elle est complètement guérie et ne montre aucune trace de son ancien état mental.

Dans une liste de souhaits pour réformer la santé mentale, Robert Whitaker, auteur de Fou en Amérique (Mad in America), a déclaré: «Au sommet de cette liste de sou­haits devrait se trouver un simple appel en faveur de l'honnêteté. »

Arrêter de dire aux personnes sur lesquelles on a dia­gnostiqué une schizophrénie qu'elles souffrent d'une hyperactivité de dopamine ou de sérotonine et que les drogues rééquilibrent ces produits chimiques du cerveau.

Ce discours est en lui-même une escroquerie médi­cale, et il est impossible d'imaginer tout autre groupe de patients - disons malades du cancer ou d'un problème cardiovasculaire - être trompés de cette façon.

Les traitements de santé mentale devraient être éva­lués selon le critère suivant: améliorent-ils et renforcent-ils les individus, leur responsabilité et leur bien-être spirituel, sans s'appuyer sur des drogues puissantes engendrant une dépendance? Un traitement qui guérit devrait être administré dans une atmosphère calme caractérisée par la tolérance, la sécurité et le respect des droits des individus.

Un système humain de santé mentale qui fonctionne est ce vers quoi travaille la Commission des Citoyens pour les Droits de l'Homme (CCDH).
13. Studies on file with CCHR, from Journal of Clinical Psychiatry (1886), Archives of General Psychiatry (1978), American Journal of Psychiatry (1967).
14. Patrick Holford and Hyla Cass, M.D., Natural Highs (Penguin Putnam Inc., New York, 2002), pp. 125-126.
<< Page précédentePlus d'informationRecommandations >>
Installez Flash Player pour visualiser cette animation.
Enquêtes et dénonciations de violations des Droits de l'Homme en psychiatrie
Commission des Citoyens pour les Droits de l'Homme
CCDH Bretagne