Accueil CCDH Bretagne > Documentation > Schizophrénie 3/6
SCHIZOPHRENIE
UNE MALADIE QUI RAPPORTE A LA PSYCHIATRIE
CHAPITRE UN
Page 3/6
S'EN PRENDRE AUX PLUS FRAGILES
Le psychiatre Emil Kraepelin
« Le psychiatre Emil Kraepelin a apporté la touche médicale finale sur le comportement irrationnel en le nommant et en le classant (...) Son système de classification (...) a été le ticket d'entrée du comportement irrationnel dans le domaine médical. »

E. Fuller Torrey
Psychiatre
Résultats des traitements comparés entre pays riches et pays pauvres 
TRAITER LA « SCHIZOPHRÉNIE »
UNE COMPARAISON ENTRE LES PAYS

De nombreuses études de l'Organisation mondiale de la Santé ont montré que le taux de rétablissement de la schizophrénie était meilleur dans les pays les plus pauvres qui emploient moins de traitements à base de neuroleptiques que dans les pays riches qui s'appuient principalement sur ces drogues.

LA VIOLENCE GÉNÉRÉE PAR LES DROGUES

Les psychiatres imputent les crimes violents au fait que des patients auraient cessé de suivre scrupuleusement leur traitement médical. Il existe aujourd'hui des preuves que cette violence extrême est un effet secondaire dû à la fois à la prise d'antipsychotiques et à leur sevrage.

Les psychotropes atténuent temporairement la psy­chose mais, à long terme, ils mettent les malades dans un état physique qui les rend plus sujets à la psychose. Un deuxième résultat paradoxal, qui est apparu avec des neuroleptiques plus puissants, est l'akathisie [a, sans; kathisie, s'asseoir; une incapacité à rester calme] qui consiste en un comportement agressif et violent.

Une étude réalisée en 1990 a déterminé que 50% des bagarres survenant dans une section psychiatrique pou­vaient être liées à l'akathisie. Les malades parlaient «d'envies violentes d'agresser n'importe qui se trouvant à proximité. »6

En 1995, neuf psychiatres australiens ont rapporté que des patients sous ISRS s'étaient automutilés ou ressen­taient des pulsions violentes. «Je ne voulais pas mourir, j'avais juste envie de tailler ma chair en pièces», a déclaré un patient aux psychiatres.7

EFFETS DU SEVRAGE

En 1996, le National Preferred Medicines Center Inc. de Nouvelle-Zélande a publié un rapport sur « le sevrage brutal de drogues» montrant que la suppression de drogues psychoactives pouvait provoquer 1) des effets de rebond qui aggravent des symptômes antérieurs d'une « maladie » et 2) de nouveaux symptômes sans rap­port avec l'état actuel et qui n'avaient pas été éprouvés auparavant par le patient.8

Le Dr John Zajecka a rapporté dans le Journal de psy­chiatrie clinique que l'agitation et l'irritabilité ressenties par les patients privés de ISRS pouvaient provoquer des «manifestations d'agressivité et des pulsions suicidaires». Dans la revue médicale britannique Lancet, le Dr Miki Bloch fait état de malades devenus suicidaires et auteurs d'homicides après avoir cessé la prise d'un antidépresseur, et en particulier le cas d'un homme qui avait ressenti des envies de faire du mal à « ses propres enfants ».

Le 25 mai 2001, le Juge Barry O'Keefe de la Cour suprême de Nouvelle-Galles du sud en Australie, a jugé qu'un antidépresseur avait transformé un homme paisible et respectueux de la loi, David Hawkins, en un meurtrier violent (de sa femme). «Si M. Hawkins n'avait pas pris cet antidépresseur, a déclaré le juge, il est très probable que Madame Hawkins ne serait pas morte... ».

Les psychiatres connaissent très bien le lien entre les psychotropes et la violence; ils connaissent très bien les dan­gers des individus qui en prennent et qui en sont sevrés. »
David Hawkins, sans passé violent, a tué sa femme alors qu'il était sous antidépresseur.
VIOLENCE LIÉE AU TRAITEMENT:

En 2001, Andrea Yates (à droite) a noyé ses cinq jeunes enfants dans la baignoire. Les experts médicaux déclarèrent qu'une dose excessive de certains psychotropes était la raison de ces meurtres.
6. Ibid., p. 188.
7. David Grounds, et al., "Antidepressants and Side Effects", Australian and New Zealand Journal of Psychiatry, Vol. 29, N°  1, 1995.
8. "Acute Drug Withdrawal", PreMec Medicines Information Bulletin, août l996, modifié le 6 janv. 1997.
<< Page précédentePage suivante >>
Installez Flash Player pour visualiser cette animation.
Enquêtes et dénonciations de violations des Droits de l'Homme en psychiatrie
Commission des Citoyens pour les Droits de l'Homme
CCDH Bretagne