Accueil CCDH Bretagne > Documentation > Une réalité brutale 6/6
UNE REALITE BRUTALE
LES "TRAITEMENTS" NUISIBLES DE LA PSYCHIATRIE
CHAPITRE TROIS
Page 6/6
NE PAS NUIRE
Voici ce qu'ils écrivaient en 1967: «Les symptômes psychiatriques les plus communément induits par des causes médicales sont l'apathie, l'anxiété, des hallucinations visuelles, des changements d'humeur et de personnalité, la démence, la dépression, les pensées délirantes, des troubles du sommeil (réveils fréquents ou réveils précoces), le manque de concentration, les changements dans l'expression orale, la tachy­cardie [battement rapide du cœur], la miction nocturne excessive, le tremblement et la confusion. »

Le président de la Société médicale populaire, Charles B. Inlander, et ses collègues ont écrit dans La Médecine en procès : « Les personnes avec des troubles du comportement ou des troubles psychiatriques réels ou présumés sont faussement diagnostiquées et blessées à un degré important. Beaucoup d'entre elles n'ont pas de problèmes psychiatriques mais des symptômes physiques qui peuvent passer pour des troubles mentaux. Étant mal dia­gnostiquées, elles reçoivent un traitement par psychotropes, sont placées en institution psychiatrique et tombent dans les limbes dont elles ne reviennent jamais. »

Le système éducatif responsable de la formation des psychiatres devrait aussi être tenu responsable des ravages causés par les traitements psychiatriques. Les cours dispensés ne servent qu'à former des gens qui n'ont aucun respect des droits de l'homme et, dans beaucoup de cas, aucun respect pour la vie humaine. Ces mots sont-ils trop durs ? Peut-être. Mais on ne peut accepter, au nom de la liberté de l'éducation, que l'on continue à enseigner des procédés suscitant tant de douleur physique et morale.

Les écoles et institutions psychiatriques, et les psy­chiatres eux-mêmes, doivent être tenus pour respon­sables des abus contre les droits de l'homme perpétrés quotidiennement au nom de l'«aide».
La solution la plus évidente aux abus psychiatriques serait de ne plus financer les pratiques psychiatriques qui perpétuent ces abus.
RESTAURER LES DROITS

La CCDH a mené avec succès des campagnes pour faire adopter des lois protégeant contre les «traite­ments » psychiatriques brutaux :

* 1976: En Californie, une loi sans précédent est votée. Elle interdit l'utilisation de l'ECT et de la psycho­chirurgie sans le consentement du patient et l'interdit sur les enfants de moins de 12 ans.

Cette législation est devenue une référence interna­tionale dans le domaine de la santé mentale.

* 1993 : L'État du Texas vote la loi la plus restrictive à ce jour sur le traitement par électrochocs, interdisant son usage sur les enfants de moins de 16 ans. De plus, tous les décès survenant dans les 14 jours suivant l'administration d'ECT doivent être rapportés aux autorités.

* 1999: En Italie, le Conseil régional du Piémont adopte une résolution stipulant que l'usage des électro­chocs devrait être interdit, au moins sur les enfants, les personnes âgées et les femmes enceintes, du fait que les psychiatres ne savent pas comment fonctionne l'ECT et que sa valeur scientifique est «discutable». De plus, aucun médecin ne devrait être contraint de le recom­mander.

* 1999: Une famille écossaise reçoit 82600 dollars (66414 euros) de dédommagement du Comité de santé du Grand Glasgow (GGHS) pour la mort de Joseph Doherty, 30 ans, qui s'est suicidé alors qu'il recevait des électrochocs en 1992. Son dossier médical indique qu'il avait refusé à maintes reprises de donner son consente­ment à l'ECT.

* 2003 : Aux États-Unis, l'assurance-maladie Medicare a cessé de rembourser les «séries d'électrochocs». Cette décision faisait suite à une étude montrant l'inefficacité et les dangers de cette pratique pour les patients.
En 1993, l'État du Texas vota la loi la plus restrictive à ce jour sur le traitement par électrochocs, interdisant son usage sur des enfants de moins de 16 ans et rendant obligatoire une déclara­tion pour l'utilisation des électrochocs, les effets secondaires et les décès.
Vote d'une loi restrictive sur les électrochocs au Texas
CRÉDITS PHOTO: 4A: Bettman/Corbis; 4B: Bettman/Corbis; 11: Jose Luis Pelaez/Corbis.

© 2005 CCHR. Tous droits réservés. CITIZENS COMMISSION ON HUMAN RIGHTS, COMMISSION DES CITOYENS POUR LES DROITS DE L'HOMME, CCHR, CCDH et le symbole de la CCDH sont des marques déposées propriété de Citizens Commission on Human Rights.
<< Page précédentePlus d'informationRecommandations >>
Installez Flash Player pour visualiser cette animation.
Enquêtes et dénonciations de violations des Droits de l'Homme en psychiatrie
Commission des Citoyens pour les Droits de l'Homme
CCDH Bretagne