Accueil CCDH Bretagne > Documentation > Une réalité brutale 2/6
UNE REALITE BRUTALE
LES "TRAITEMENTS" NUISIBLES DE LA PSYCHIATRIE
CHAPITRE UN
Page 2/6
UNE AGRESSION ELECTRIQUE MORTELLE
Le psychiatre Ugo Cerletti
La première victime du psychiatre Ugo Cerletti (en haut à droite) fut un prisonnier. Après que le choc électrique lui eût traversé la tête, l'homme hurlait; « Ne m'en donnez pas d'autres! C'est mortel ! »
Peu de gens sont conscients qu'un abattoir de Rome a inspiré la procédure pré­tendument scientifique du traitement par électrochocs ou thérapie électroconvulsive (ECT).

Dans les années 30, le psychiatre Ugo Cerletti, président du Département des mala­dies mentales et neurologiques à l'Université de Rome, commença à expérimenter des trai­tements par électrochocs sur des chiens, en plaçant une élec­trode dans la gueule et l'autre dans l'anus. La moitié des ani­maux mouraient d'arrêt cardiaque.

En 1938, Cerletti visita un abattoir où les bouchers étourdissaient les cochons au moyen de chocs électriques afin de les rendre plus dociles avant de leur trancher la gorge. Il modifia ses expériences en conséquence, en appli­quant dorénavant les électrochocs à la tête. Inspiré, il conduisit d'autres expériences sur les porcs pour finalement conclure:

«Ces preuves indéniables balayèrent tous mes doutes et, sans plus de cérémonie, j'ai ordonné à la clinique d'entreprendre dès le lendemain des expériences sur l'homme. L'ECT n'aurait probablement jamais vu le jour si je n'avais eu cette opportunité fortuite et chanceuse d'observer cet abattage pseudo-électrique des porcs. »4

Le psychiatre allemand Lothar B. Kalinowsky assista à ce premier électrochoc alors qu'il étudiait sous la direction de Cerletti. Il devint l'un des plus ardents et énergiques par­tisans de cette forme de «traitement». Il développa sa propre machine à ECT et introduisit sa procédure en 1938, en France, aux Pays-Bas, en Angleterre et, plus tard, aux États-Unis. Vers 1940, l'ECT était utilisé internationalement.
Si vous demandez aujourd'hui à un psychiatre com­ment «fonctionne» l'ECT, il vous dira qu'il ne sait pas et qu'il n'est pas un «expert en électricité». Par contre, il possède d'innombrables théories à ce sujet. En voici quelques-unes :

* « C'est un procédé destructeur qui, d'une façon ou d'une autre, favorise l'amélioration. »

* « Provoque un effet végétatif bénéfique. »

* «Engendre l'expérience inconsciente de la mort et de la résurrection. »

* «Amène la personnalité à un niveau inférieur et facilite ainsi l'adaptation. »

* «Les gens déprimés se sentent souvent coupables et l'ECT satisfait leur besoin de punition. »

Imaginez le même scénario pour un chirurgien du cœur déclarant que bien qu'on ne sache pas comment le cœur fonctionne, il existe des dizaines de théories mais aucun fait scientifique qui explique pourquoi on devrait effectuer un pontage coronarien.

Et pire encore, qu'en serait-il si le médecin devait infor­mer son patient que l'opération prévue aurait pour consé­quences « des dommages au cerveau, des pertes de mémoire et une désorientation donnant l'illusion que les problèmes n'existent plus»? Pourtant, ce sont bel et bien les résultats des traitements par électrochocs, si l'on en croit le bulletin sur l'ECT de 2003 de la fondation américaine de la santé mentale.
L'inventeur de l'ECT, Ugo Cerletti
L'inventeur de l'ECT, Ugo Cerletti, expérimentant l'ECT sur des cochons dans un abattoir de Rome.
4 Ugo Cerletti, "Old and New Information About
Electroshock", American Journal of Psychiatry, 1950)
<< Page précédente
Page suivante >>
Installez Flash Player pour visualiser cette animation.
Enquêtes et dénonciations de violations des Droits de l'Homme en psychiatrie
Commission des Citoyens pour les Droits de l'Homme
CCDH Bretagne