Accueil CCDH Bretagne > Vidéos > Le dépistage des maladies mentales 3/4
DOCUMENTAIRE
PROFITS MACABRES - L'histoire cachée des drogues psychiatriques
LA CREATION D'UNE CLIENTELE
Le dépistage des maladies mentales
Pour accéder à la vidéo correspondant à cette transcription, cliquez ici:
- On lui a dit à l'école qu'elle souffrait de ces 2 troubles mentaux d'après le test qu'elle avait fait en 10 minutes. Une des questions était: « Est-ce que vous sortez beaucoup ? » Elle a répondu non. Nous lui avons demandé pourquoi. Elle a dit qu'elle ne pouvait pas s'il y avait école le lendemain parce qu'elle devait faire ses devoirs et les corvées ménagères. L'autre était: « Êtes-vous parfois nerveuse devant un groupe d'amis ou de personnes ? » Chelsea a répondu « Oui ». Elle nous a dit que chaque fois qu'elle devait résumer un livre aux élèves de sa classe, elle était nerveuse. J'ai 43 ans et le fait d'être devant vous me rend nerveuse, mais je ne suis pas malade mentale.
Teresa Rhoades
La mère

- Je suis absolument convaincu que ce test de dépistage a été conçu intentionnellement pour étiqueter autant d'enfants que possible avec un trouble mental éventuel.
Allen Jones
Investigateur
Bureau de l'Inspecteur Général (à la retraite)
Pennsylvanie

Et qui a inventé le TeenScreen et le test qui s'y rattache ? Le Dr David Shaffer, un psychiatre [Université Columbia] largement payé par l'industrie pharmaceutique. Le questionnaire de Shaffer n'a rien de scientifique. Dans une étude qu'il a lui-même conduite [The Columbia SuicideScreen: Validity and Reliability of a Screen for Youth Suicide and Depression], Shaffer a admis que 84% des élèves avaient été faussement classifiés comme suicidaires [« ...84% de jeunes non suicidaires soumis à une évaluation psychiatrique. »]. Mais il n'a pas admis les conséquences désastreuses que cela a pu avoir.

Aliah Leason n'avait que 11 ans quand elle a fait un test de dépistage dans son collège au Texas.

- C'était en cinquième. On a dit à toutes les filles d'aller dans la cafétéria faire un test, car beaucoup souffraient de dépression.
Aliah
Dépisté comme suicidaire

- Puis l'école a téléphoné à mon mari pour lui dire que le Service de protection des enfants avait emmené Aliah, car elle était suicidaire.
Anaka
Mère d'Aliah

- Je leur ai dit: « Je ne cherche pas à me suicider, je m'estime beaucoup. »
Aliah
Dépisté comme suicidaire

- Je ne savais pas si elle était encore là ou s'ils l'avaient emmenée.
Calvin
Père d'Aliah

- Quand ils l'ont prise, mes filles et moi n'avons pas dormi pendant 3 jours. Parce que la maison était vide sans elle.
Anaka
Mère d'Aliah

Ils m'ont dit de signer des papiers, si je n'avalais pas ces pilules je ne pourrais pas voir mes parents. Si je les avalais, je pouvais les voir.
Aliah
Dépisté comme suicidaire

- Ma fille prenait 22 psychotropes qu'un de ces psychiatres lui avait prescrits.
Anaka
Mère d'Aliah

- Ils m'ont donné tant de psychotropes qu'ils devaient me traîner jusque dans ma chambre.
Aliah
Dépisté comme suicidaire

- Quand j'ai vu combien ils lui donnaient de pilules, et si souvent, je me suis dit qu'ils allaient tuer cette enfant. Ses parents étaient désemparés.
Nanci Wilson
Journaliste d'investigation

- J'ai alors refusé d'en prendre tant que je n'aurais pas appelé mes parents. On m'a dit qu'on allait m'en donner de force. Ils m'ont attachée et m'ont fait une piqûre - j'avais les mains et les pieds attachés. Ils m'ont mise sur l'estomac, m'ont attachée.
Aliah
Dépisté comme suicidaire

- Un jour, ils l'ont attachée une douzaine de fois.
Calvin
Père d'Aliah

- On a dû m'attacher 70 à 80 fois en tout. Après 2 mois, on m'a dit que mes parents ne voulaient pas me voir, qu'ils ne voulaient plus me parler. J'étais vraiment malheureuse.
Aliah
Dépisté comme suicidaire

- Nous avons tout essayé. Personne ne savait dans quel hôpital ou endroit on l'avait emmenée.
Calvin
Père d'Aliah

- Après deux semaines, vous êtes censé parler à votre enfant ou le voir. On ne me l'a pas permis. Je ne l'ai pas vue pendant 6 mois.
Anaka
Mère d'Aliah

- Pourtant je me comportais bien. Je n'ai pas mérité qu'on me traite ainsi et cela m'a gâché la vie. Aujourd'hui, j'aimerais pouvoir faire marche arrière et dire que je refuse de faire ce test.
Aliah
Dépisté comme suicidaire

- Je dirai à tous les parensts de ne jamais faire le test de dépistage parce qu'il détruira leur famille.
Anaka
Mère d'Aliah
<< Page précédentePage suivante >>
Installez Flash Player pour visualiser cette animation.
Enquêtes et dénonciations de violations des Droits de l'Homme en psychiatrie
Commission des Citoyens pour les Droits de l'Homme
CCDH Bretagne