Accueil CCDH Bretagne > Documentation > Abus psychiatriques sur les personnes agées 6/6
ABUS PSYCHIATRIQUES SUR LES PERSONNES AGEES
CHAPITRE QUATRE
Page 6/6
LES PERSONNES AGEES MERITENT MIEUX
Le diagnostic de "dépression" chez les personnes âgées
Selon Thomas Szasz, auteur et professeur de psychia­trie émérite de renommée internationale, «la plupart des personnes âgées peuvent se prendre en charge elles-mêmes, autant économiquement que physiquement, du moins pour quelque temps (...) Cependant, l'âge avançant irrévocable­ment, ce capital s'érode graduellement. Sans une stimulation et un soutien constant au travers de contacts humains dans le travail ou la famille, la personne âgée devient oisive et solitaire, finissant souvent dans une maison de retraite, droguée jusqu'à l'apathie totale. Si elle reste alerte, elle pourrait déprimer et avoir des idées du genre: "Plus personne n'a besoin de moi. Je ne suis utile à per­sonne. Je ne peux même pas prendre soin de moi. Je suis bonne à rien. Il vaudrait mieux que je sois morte". »

Le docteur Stanley Jacobson, Ph. D., écrit que la « dépression » chez les personnes âgées est actuellement un «sujet de discussion sensible» dans le monde de la santé mentale : « Si les personnes âgées ne sont pas déprimées mais trop souvent sujettes à des indispositions mineures, ou qu'elles s'ima­ginent malades alors que rien ne peut être décelé, les experts décla­rent qu'elles sont dépressives et qu'elles ont besoin d'aide profes­sionnelle. De la même manière, un aîné qui n'est ni mélancolique ni hypochondriaque, mais qui a des problèmes d'appétit, de som­meil ou manque d'énergie, sera jugé cliniquement dépressif et nécessitant une aide professionnelle. »13

Il ajoute que les «experts» ont tort: «La vieillesse en soi peut devenir une raison d'être déprimé, si l'on s'y appesantit et, de toute façon, c'est une compétition entre la vie et la mort. »

« Lorsque tous les médecins seront conscients des réactions des personnes âgées aux médicaments, les spécialistes feront faillite», dit le docteur australien Richard Lefroy. Il ajoute que les soins aux personnes âgées devraient être assurés principalement par les hôpitaux généraux, comme pour tout le monde, et non pas par des maisons de retraite. Celles-ci sont souvent gérées pour le profit et n'ont pas des standards acceptables - spécialement lorsqu'ils sont basés sur un modèle psychiatrique.

Des études médicales ont montré à maintes reprises que, chez un grand nombre de patients, ce qui semble être des problèmes mentaux est en fait provoqué par une mala­die ou une condition physique non diagnostiquée. Ceci ne signifie pas «déséquilibre chimique» ou «maladie située dans le cerveau », ni que la maladie mentale est physique. Cela veut dire que des problèmes médicaux ordinaires peu­vent affecter le comportement et l'attitude.

Le Dr Gary Oberg, ancien président de l'Académie américaine de médecine environnementale, dit: «Des toxines, telles que les produits chimiques dans la nourriture et dans l'eau du robinet, le monoxyde de carbone, les gaz d'échappe­ment de moteurs diesel, les solvants, les aérosols et les produits chimiques industriels peuvent provoquer des symptômes de dys­fonctionnement cérébral qui pourraient aboutir à un diagnostic incorrect de maladie d'Alzheimer ou de démence sénile. »
14

La moindre chose que méritent nos aînés est de profiter de leurs dernières années de vie avec l'assurance de ne pas être enlevés de chez eux, placés dans des conditions com­parables à la prison, drogués jusqu'à avoir l'esprit vide ou subir des ECT. Le fait de rendre ces gens inactifs et l'esprit vide au moyen de psychotropes puissants, aux effets secon­daires terribles et mettant la vie en danger est un acte impar­donnable.
Des vies sauvées sans drogue ni coercition
Sans drogue ni coercition, le docteur italien Giorgio Antonucci a sauvé la vie de centaines de patients considérés incurables et condamnés à finir leurs jours dans des institutions. Il leur a appris à se débrouiller dans la vie courante et il a organisé des concerts et des voyages en guise de thérapie. Beaucoup de ses patients ont ainsi pu reprendre une vie sociale normale.
13. Stanley Jacobson, "Overselling Depression to the Old Folks", The Atlantic Monthty, avr. 1995, p. 46
14."Alzheimer's Disease and Senile Dementia", Health Conditions, Alternative Medicine: The Definitive Guide (Future Medicine Publishing, Inc. Washington, 1993).
CRÉDITS PHOTO: p. 13: Jose Luis Pelaez, Inc/Corbis.

©2005 CCDH. Tous droits réservés. COMMISSION DES CITOYENS POUR LES DROITS DE L'HOMME, CCDH et les logos CCDH sont des marques déposées et des marques de service qui appartiennent a la Commission des Citoyens pour les Droits de l'Homme.
<< Page précédentePlus d'informationRecommandations >>
Installez Flash Player pour visualiser cette animation.
Enquêtes et dénonciations de violations des Droits de l'Homme en psychiatrie
Commission des Citoyens pour les Droits de l'Homme
CCDH Bretagne