Accueil CCDH Bretagne > Documentation > Les jeunes en danger 6/6
LES JEUNES EN DANGER
QUAND LA PSYCHIATRIE S'EN PREND AUX ENFANTS ET ADOLESCENTS
CHAPITRE TROIS
Page 6/6
PRESERVER LE FUTUR
En déclarant que le comportement normal d'un enfant est un trouble mental et que les médica­ments sont la solution, les psychiatres et les psy­chologues se sont placés en position d'autorité sur les enfants. À la suite de leur prise de pouvoir dans nos écoles, qui étaient autrefois basées sur une éducation forte et efficace, ces dernières sont devenues des chaudrons explosifs.

En 2004, le professeur Frank Furedi déclarait : « Si les tendances actuelles se confirment, on ne pourra bientôt presque plus distinguer une école d'une institution psy­chiatrique. (...) Si nous considérons que les défis difficiles sont des choses avec lesquelles les enfants ne peuvent pas se débrouiller, ceux-ci s'en souviendront et les considére­ront avec appréhension. Cependant, si nous arrêtons de jouer au médecin et au malade pour nous concentrer sur le développement de leur force par un enseignement créatif, alors les gosses seront capables de se débrouiller. (...) Protéger les enfants des pressions et des nouvelles expé­riences représente un manque de foi dans leur potentiel à se développer à travers de nouveaux défis. »

Selon l'Institut Rutherford, « La constitution garantit aux parents le droit de diriger et de contrôler le dévelop­pement de leurs enfants. Les actions légales ou gouver­nementales qui transgressent déraisonnablement les droits des parents à élever et éduquer leurs enfants selon leurs propres valeurs sont constitutionnellement sus­pectes. »
Le Dr Fred Baughman, neuropédiatre
« Quand le comportement d'un enfant est qualifié de maladie, il croit qu'il y a un problème avec son cerveau, faisant qu'il est impossible pour lui de se contrôler sans utiliser un médicament»

Dr Fred A. Baughman Jr,
neuropédiatre et membre associé
de l'Académie américaine de neurologie
Le Dr Whitaker donne ce conseil : « L'irritabilité pas­sagère ou l'incapacité à dormir, etc., chez les gens ne sont pas des signes de dysfonc­tionnement mental sérieux. Éprouver de telles sensations de temps à autre est une composante normale de l'être humain. (...) Rappelez-vous votre enfance. Rappelez-vous vos expé­riences. Maintenant deman­dez-vous si vous seriez mieux aujourd'hui après avoir passé cinq ou six années de votre enfance sous médicaments. » De plus, voici ce qu'il conseille aux parents américains: «Tout d'abord, refusez de signer les formulaires de consentement que vous recevez de l'école - s'ils ne peuvent pas les tester, ils ne peuvent pas les droguer. »

Le professeur Szasz dit que les pédopsychologues et les pédopsychiatres «volent à l'enfant sa possession la plus importante, lui-même (...) Leur imposer une fausse intimité et de prétendus soins (...) est une caractéristique de notre méthode moderne pour nuire aux enfants en prétendant les aider. La pédopsychologie et la pédopsy­chiatrie ne peuvent pas être réformées. Elles doivent être abolies. »
CRÉDITS PHOTO:   16: Charles Gupton/Corbis; 18: AP Wide World Photos.

© 2005 CCDH. Tous droits réservés, CITIZENS COMMISSION ON HUMAN RIGHTS, CCDH et le logo CCDH sont des marques  déposées et des marques de service détenues par Citizens
Commission on Human Rights.
<< Page précédentePlus d'informationRecommandations >>
Les parents ont le droit de diriger et contrôler le développement de leurs enfants
Installez Flash Player pour visualiser cette animation.
Enquêtes et dénonciations de violations des Droits de l'Homme en psychiatrie
Commission des Citoyens pour les Droits de l'Homme
CCDH Bretagne